Tengenenge – Haut lieu du mouvement

26 août 2016 Zimbabwe

Tengenenge 1Le village de Tengenenge nous plonge aux sources du mouvement

La communauté de Tengenenge, a été fondé par Tom Blomefield, à la fin des années mille neuf cent soixante dans le nord-est du Zimbabwe. Blomefield était un cultivateur de tabac à Guruve qui, à cause des sanctions internationales dut cesser ses activités agricoles. Il ne fut donc plus en mesure de fournir un emploi fiable à ses ouvriers. Beaucoup étaient venu au Zimbabwe pour travailler. (Malawi, Mozambique, Zambie, Angola). Afin de continuer à aider ces hommes et leurs familles, il les encouragea à se reconvertir à la sculpture et à travailler l’art. L’idée venant du fait que le village de Tengenenge est situé sur des collines entières de serpentine. Le succès vient et grandit rapidement au cours des vingt années qui suivirent. Frank Mc Ewen et la National Gallery d’Harare appuyèrent la communauté pendant plusieurs années. Tengenenge a ensuite continué son propre chemin et se développe encore aujourd’hui. Tom Blomefield avait une capacité remarquable à débusquer et à favoriser les talents cachés de ces paysans artistiquement non formés. Comme Mc Ewen (personnage essentiel dans l’émergence du mouvement de sculpture), il transmis son enthousiasme contagieux en se servant de ses qualités humaines pour inspirer les autres. En l’absence de formation artistique et malgré très peu de connaissances sur les arts, Blomefield parvient néanmoins, à force de passion et conviction, à faire émerger le potentiel créatif naturel de chacun de ces hommes. Dans une inébranlable (voir naïve) croyance en la capacité de vivre par des moyens simples et des ressources personnelles dans ces moments difficiles, il fit preuve d’un immense courage pour réaliser son projet.

Tom Blomefield

Tom Blomefield

Il demanda à rencontrer des artistes sculpteurs expérimentés afin de comprendre les techniques ainsi que l’approche spontanée vitale à la créativité personnelle. (Chrispen Chakanuka fut un des artistes côtoyé) Après une courte période d’expérimentation et de travail acharné, il se sentit en mesure d’encourager les personnes intéressées au sein de la communauté. De ces débuts simples un mouvement a été créé, qui rendait témoignage à ses croyances et à ses idéaux. Avec des lignes directrices similaires, mais moins strictes que celles pratiquées par Mc Ewen, il a encouragé les artistes émergents de Tengenenge à chercher dans leurs âmes et les a incité à créer tout ce dont ils rêvaient. Il était présent et disponible pour tous à tout moment. Pour tous conseils, pour toutes demandes, mais surtout en tant que soutien permanent sur le terrain auprès de chacun des artistes. C’est sans aucun doute, grâce à cette attitude positive viscérale que des talents extraordinaires et reconnus de par le monde ont trouvé leur propre expression. Notamment, tous ces grands noms du mouvement que sont: Lemon Moses, Bernard Matemera, Josiah Manzi, Wazi Maicolo, Amali Malola, Henry Munyaradzi, Sylvester Mubayi, Fanizani Akuda. Certains sculpteurs ont quitté la communauté pour travailler seul ou dans d’autres lieux mais tous ont bénéficié et restent imprégnés de l’esprit initiateur du généreux Tom Blomefield.

 


Pendant les dix années de lutte interne qui conduisirent le pays à l’indépendance en 1980, beaucoup de sculpteurs durent abandonné leur art pour revenir à des activités plus classiques. Les années de guerre ont représenté une période extrêmement difficile pour les sculpteurs. Pendant ces années noires, il était presque impossible d’exposer des œuvres et donc de les vendre. Seul,
Roy Guthrie un mécène, encouragea et soutint financièrement les artistes en achetant des œuvres en vue d’éventuelles futures expositions qu’il croyait possible dans des temps qui seraient plus paisibles. Grâce à ce processus Guthrie a établi de solides amitiés avec les artistes majeurs de cette époque: John Takawira, Sylvester Mubayi, Joseph Ndandarika, Joram Mariga, Henry Munyaradzi. Bernard Takawira, Nicholas Mukomberanwa, Boira Mteki, Bernard Matemera. A la première occasion, il commença à organiser des expositions à l’étranger. Celles-ci suscitèrent un intérêt international qui existait peu auparavant et de cette reconnaissance jaillit un élan nouveau pour les artistes établis ainsi qu’un formidable tremplin pour les jeunes talents en devenir.

Actuellement, la communauté est toujours active et accueille en permanence 150 artistes résidents. C’est un véritable village avec une partie habitations (petites maisons et cases traditionelles) et une partie ateliers et expositions (en plein air dans la forêt). Même si Tengenenge est éloigné d’Harare, la capitale, il est toujours intéressant (essentiel) d’y faire un pèlerinage pour se (re) plonger dans l’atmosphère particulière de ce haut lieu du mouvement des artistes contemporains du Zimbabwe.

Erik LAVIGNE
« Serpentine Galerie »